newsletter n°12 : Le petit déjeuner des enfants

Beaucoup d’enfants montrent peu ou pas d’appétit face à la table du petit-déjeuner et les mamans s’inquiètent : « Il part sans rien dans le ventre ! » Justement si, il a quelque chose dans le ventre mais bien différent de ce que l’on souhaite : il a un petit paquet d’angoisse.

En effet, comme pour un adulte, l’angoisse est souvent un frein à l’appétit. Manger, c’est s’ouvrir au monde, c’est accepter de prendre un bout de monde en soi, de le métaboliser et de partager ce plaisir avec les autres. Dès le saut du lit, c’est quelquefois difficile. Nombreux sont les adultes incapables de déjeuner le matin. Alors que faire pour que les enfants arrivent à manger ?

La première chose est de prendre conscience de cet enjeu du petit-déjeuner et ne pas forcer l’enfant. La deuxième chose est d’apaiser ce qui l’angoisse face à la longue journée qui l’attend. Là, nous ne ferons pas dans l’originalité en insistant sur le fait que le matin est un moment de séparation qui, bien évidemment, réitère les enjeux des séparations qui précèdent. Dans cette prise de conscience, les parents réaliseront souvent à quel point ils sont eux-mêmes stressés et soucieux d’imposer un tel rythme à leurs enfants. Une inquiétude qui, si elle n’est pas repérée, peut paradoxalement se traduire par de l’énervement.

L’objectif est donc d’arriver progressivement à faire de ce moment du petit-déjeuner, un moment de calme et de plaisir partagé, une petite parenthèse agréable avant de se jeter dans la course du matin. Ce n’est pas facile, mais c’est le seul moyen de lâcher la pression sur l’angoisse de la journée et de dénouer l’estomac des tout-petits.

Linda Gandolfi

S'inscrire à la newsletter

Ecrire un commentaire